Nous avons appris récemment que la société Redbull organise le 25 juin 2016 une compétition sur le site du Cul de Chien. Cette annonce a suscité bien des réactions!

toit 224 150Pour commencer un point sur cette manifestation : cette compétition a été autorisée par l'ONF sans que nous en soyons informé. Du point de vue de l'ONF il s'agit d'une petite manifestation analogue par exemple au rallye du GUMS, comme il en existe environ 150 par an en forêt, et le service de gestion de ce type d'évènement n'a pas perçu le besoin de nous informer. L'Office a été surpris des réactions suscitées par l'annonce de cette compétition.     
Des contraintes strictes ont été imposées aux organisateurs : pas de véhicule motorisé, pas de groupe électrogène, nombre total de participants y compris le public limité à 200, pas de pose de rubalise, nettoyage complet après l'évènement.

Actions COSIROC :  nous avons demandé à l'ONF de faire de concert un état des lieux avant et après la compétition. Le directeur de l'Agence Territoriale de l'ONF Fontainebleau s'est montré réceptif à cette demande.
Nous avons pris contact avec l'organisateur de la société Red Bull. Il connait bien les enjeux écologiques de la forêt et s'est montré très coopératif. Il a commandé au CD 77 de la FFME 120 tapis qui avaient été coproduits par FFME et COSIROC afin que les compétiteurs montrent le bon exemple et s'est engagé à communiquer auprès des compétiteurs pour que la magnésie soit utilisée avec modération. Par aileurs il est a priori d'accord pour contribuer à une action d'entretien de site en contrepartie de l'autorisation ONF.

Le point de vue du COSIROC : ce type de compétition n'étant a priori pas susceptible d'entrer dans un quelconque circuit fédéral, nous ne pensons pas que cela prendra beaucoup d'extension.  Le nombre de personnes attendues sur cet évènement reste insignifiant par rapport aux millions de visiteurs annuels de la forêt.  Les dégâts locaux dans un secteur presque plat et très régulièrement fréquenté n'ont pas de raison d'être supérieurs à ceux produits chaque WE par les grimpeurs, randonneurs et promeneurs qui fréquentent ce site.  La "privatisation" de l'espace ne concerne qu'un nombre restreint de blocs et est acceptable un samedi.  Le COSIROC aurait été fondé à s'opposer à cet évènement si une atteinte particulière au site était à craindre, mais ce n'est a priori pas le cas. De façon plus générale le COSIROC ne peut pas, et ne doit pas, juger une manifestation en fonction de ses organisateurs qu’ils soient associatifs ou privés. L’impact sur le milieu et ses éventuels aménagements est le seul critère de base qui doit guider son apréciation.

Il suffit de vous enregistrer pour pouvoir écrire un commentaire!